Bien mettre en œuvre le unschooling

De Sandra Dodd, 2012
Traduction : Malika Kergoat, 2015

Lisa Cottrell-Bentley a organisé une téléconférence avec différentes personnes faisant de courtes vidéos sur toute une gamme de sujets. On m’a demandé d’en réaliser une sur le unschooling, c’est ce que vous trouverez ci-dessous, avec des notes et la transcription du texte.

Voici l’original : Meet Sandra Dodd as she tells us about Doing Unschooling Right !
Version portugaise : Fazer o « Unschooling » Bem

Sandra Dodd est impliquée dans l’attachement parental depuis 1986 et dans le unschooling depuis que son fils ainé, Kirby, n’est pas allé à l’école, en 1990.

Elle vit à Albuquerque avec son mari Keith, son fils Marty et sa fille Holly, de jeunes adultes qui vont à l’université publique et qui ont de riches vies. Kirby travaille pour Blizzard Entertainment, à Austin. Tous les trois ne sont jamais allés à l’école et ont dépassé l’âge scolaire, mais pas celui d’apprendre ! Pas plus que leurs parents !

Sandra est une ancienne professeur d’anglais dont les autres emplois ont toujours été liés aux mots, aux idées ainsi qu’aux apprentissages, et dont la vocation et le loisir sont devenus d’aider les autres parents à trouver des voies pour vivre de manière plus riche et sereine avec leurs enfants. Le site internet de Sandra contient sa collection croissante de notes, écrits et exemples recueillis auprès de plus de cent familles vivant le unschooling depuis bientôt deux décennies de discussions en ligne.

Dans « Doing Unschooling Right » - Bien mettre en œuvre le unschooling – Sandra nous donne des suggestions sur des manières de créer et d’entretenir un environnement dans lequel l’apprentissage naturel peut fleurir.

Si les sous-titres ne s'affichent pas automatiquement, merci de cliquer sur l'icone des sous-titres,
le rectangle blanc avec un trait rouge dessous.

Texte de la vidéo :

Bonjour. Je suis Sandra Dodd. J’aimerais vous donner quelques conseils pour bien mettre en œuvre le unschooling. Cette vidéo a été réalisée pour la téléconférence « Doing Life Right », en 2012.

Il n’y a pas une seule et unique bonne façon de vivre le unschooling, mais il y a de nombreuses routes qui, à terme, éloignent de la réussite ; j’aimerais donc vous dresser les grandes lignes pour devenir un heureux « parent-unschooling » - un parent en dehors des clous scolaires *.

Le unschooling s’inscrit dans le mouvement de réforme scolaire et de recherche de la fin des années 1960 et du début des années 70. John Holt, dans ces années-là, écrivit au sujet de la réforme scolaire, mais vers la fin des années 70, il s’est mis à recommander aux parents de garder leurs enfants à la maison.

Aux Etats-Unis, l’école à la maison est apparue dans les années 1980, avec les fondamentalistes chrétiens qui pensaient que les écoles ne contrôlaient pas suffisamment les enfants et leur donnaient trop d’information. Mais le unschooling était déjà pratiqué par des familles qui avaient le sentiment que les écoles contrôlaient trop et donnaient trop peu d’information. Il y a donc là, une grande dichotomie.

John Holt a écrit : « Aux parents, je dis, par dessus toute autre chose, de ne pas laisser leur foyer se transformer en une affreuse copie miniature de l’école. Pas de plans de cours ! Pas de questionnaires ! Pas de contrôles ! ».

Ma définition du unschooling est « créer et entretenir un environnement dans lequel l’apprentissage naturel peut fleurir ».

L’environnement dont je parle – que nous appelons parfois un cocon unschooling – ne correspond toutefois pas seulement à l’espace physique de la maison. Cela englobe les relations au sein de la famille et l’exploration du monde à l’extérieur de la maison à la fois par les parents et les enfants. L’environnement émotionnel est crucial – les relations.

Il y a un autre bon conseil en général – pas seulement pour le unschooling, pour tout ce que vous voulez apprendre.

Lisez un peu, essayez un peu, attendez un certain temps, observez.
Lisez un peu plus… essayez un peu plus …

Et petit à petit, vous verrez de plus en plus d’apprentissages se produire, et bientôt cela arrivera tout le temps !

Les parents doivent devenir des « unschoolers »,
- c’est à dire sortir du schéma scolaire * -
ils doivent devenir des « parents-unschooling »
- des parents qui pensent à l’opposé du schéma scolaire * -
et ce processus ne se fait pas en un jour.
Pour commencer, apprenez ce qu’est l’apprentissage.
Pas ce qu’est l’école et ce genre d’apprentissages, mais apprenez comment l’apprentissage naturel se produit en situation réelle.
Repensez à la manière dont les bébés et les tout-petits apprennent.
Rappelez-vous comment vous avez appris des jeux, des chansons, comment cuisiner ou réparer ou construire des choses en dehors de l’école.

Et pendant que vous trouvez de nouvelles manières de voir le monde, votre enfant apprendra en jouant et en posant des questions.
Soyez son partenaire, pas son adversaire.
C’est le meilleur conseil que j’aie jamais reçu et il me vient de La Leche League.
Soyez son partenaire, pas son adversaire.
Aider-le à trouver, à réaliser et à explorer les choses qu’il a envie de faire.
Encouragez-le. Rendez cela possible et offrez votre aide. Voyez tout ce qui est bien chez votre enfant.

Soyez le genre de personne que vous voulez que votre enfant soit.
Nourrissez votre propre curiosité et gaieté.
Trouvez de la gratitude et de l’abondance dans votre vie.
Explorez. Faites des liens entre les choses de votre coté.
Partagez-les avec vos enfants quand cela les intéresse.

Trouvez et rencontrez d’autres familles vivant le unschooling et imitez celles dont les relations au sein de leur famille et la compréhension de l’apprentissage semblent les meilleures.

Lisez un peu. Essayez un peu. Ne faites pas ce que vous ne comprenez pas.

Attendez un certain temps. Vous ne verrez probablement pas de changement immédiat. Mais ne déracinez pas vos plantes pour voir si elles grandissent. Ce n’est bon pour aucune plante ni pour aucun enfant. Soyez patient. Ayez la confiance que l’apprentissage peut se produire si vous y donnez du temps et de l’espace.

Observez vos enfants. Sont-ils calmes ? Sont-ils heureux ? Sont-ils curieux et intéressés par les choses ? Ne gâchez pas leur tranquillité ou leur joie par des limites arbitraires ou par des vexations ou en leur mettant la pression. Soyez leur partenaire.

Abraham Maslow a dit dans sa hiérarchie des besoins que l’apprentissage ne peut pas avoir lieu quand les gens ont peur ou faim, alors donnez à manger à votre enfant avec plaisir. Partagez nourriture, sourires et rires.
Regardez des films ensemble.
Ecoutez de la musique.
Explorez Internet. Suivez des pistes d’information. Faites des connexions.
Touchez votre enfant avec douceur. Sentez leurs cheveux. Détendez-vous en reconnaissant le bienfait que procure la présence de chaque enfant dans votre vie.

Si vous pouvez envisager le genre de relations et de vie d’apprentissages que vous voulez avoir, alors à chaque fois que vous faites un choix, choisissez celui qui vous rapproche le plus de votre but.
Apprenez à prendre plusieurs décisions par jour et choisissez les options les plus sereines, les plus bienveillantes chaque fois que vous le pouvez.
Faite le choix de rendre votre vie plus positive et moins négative.
Je n’insisterai jamais assez sur ce point.
Les familles que je vois échouer sont négatives.
Elles s’accrochent à leur négativité. Elles s’accrochent au cynisme et au pessimisme. Jetez tout ça. Choisissez l’optimisme.
Choisissez la joie.

Certaines choses ne sont pas possibles, mais n’ayez pas de règles arbitraires.
Si vous dites « non », dites non pour une véritable et bonne raison.
Prenez en compte de dire « oui » plus souvent. C’est sain.

Créez de bons souvenirs pour votre enfant.

Regarder directement votre enfant sans filtres ou étiquettes.
Même un nouveau-né est la personne qu’il sera une fois adulte et vieux.
Les bébés ne sont pas de futurs humains. Ils sont des personnes à part entière. Aidez-les à rester entier et à grandir exemptés de peines et de vexations.
Mon mari Keith a dit, un jour que quelqu’un lui demandait ce que nous souhaitions accomplir avec le unschooling, que nous voulions que nos enfants grandissent intacts.

Si vous pouvez apprendre à choisir de vivre une vie d’apprentissages et de joie avec vos enfants, le unschooling peut marcher pour vous.

Merci d’avoir écouté « Doing Unschooling Right » - Bien mettre en œuvre le unschooling. Pour des liens vers des ressources gratuites de Joyce Fetteroll, Pam Laricchia et d’autres fabuleux penseurs et auteurs du unschooling, merci d’aller sur sandradodd.com

Toutefois, avant cela, allez et faites quelque chose d’agréable avec un enfant.
Ensuite lisez un peu, essayez un peu, attendez un certain temps et observez


Notes :

Alors que j’échangeais avec les gens sur le fait d’avoir accepté de faire cette vidéo, Colleen Prieto a écrit ceci. Elle ne veut pas le dire et être filmée, mais quand je l’ai lu, ultérieurement, j’aurais aimé avoir dit toutes ces choses. Donc, en complément, voici ce que Colleen pensait que je devrais envisager de dire ☺

Regardez vos enfants. Regardez-les vraiment et voyez qui ils sont et non qui vous voudriez qu’ils soient. Apprenez à les connaître. Soyez gentil avec eux. Plus gentil que gentil. Soyez bienveillant. Aimez-les, embrassez-les et câlinez-les et Soyez avec eux. Jouez avec eux. Ecoutez-les. Ne vous adressez pas à eux, parlez avec eux.
Soyez patients et calmes.

Aimez votre époux(se) ou conjoint(e) si vous en avez un(e).
Soyez bon, gentil et patient avec votre époux ou conjoint également. Souvenez-vous que vous êtes une personne importante et saisissez quand vous le pouvez des moments pour vous reposer, manger, respirer ou vous poser, de manière à ce que vous puissiez rester dans de bonnes dispositions quand vos enfants ou votre époux/conjoint sont fatigués ou de mauvaise humeur.

Emplissez votre foyer de sérénité, de jouets, de choses intéressantes, de choses bonnes à manger et d’amour.

Créez l’abondance pas le manque, même si vous avez peu de ressources financières. L’amour, la sérénité et le bonheur ne coûtent rien ☺

Dites beaucoup « oui ». Faites des choses, allez visiter des lieux et explorez le monde ensemble en famille - que le monde veuille dire, pour vous, votre jardin, votre quartier, votre ville, votre département/pays, ou une immense partie du globe.

Partagez vos passions et vos intérêts avec vos enfants et votre conjoint, et réjouissez-vous des leurs.

Prenez conscience que votre manière de vivre le unschooling et celle de quelqu’un d’autre ne vont pas exactement se ressembler et cela parce que vos enfants et leurs enfants, votre conjoint et son conjoint, votre maison et leur maison, vos intérêts et leurs intérêts… ne sont pas les mêmes non plus. Mais continuez à lire, parler et penser à ce que vous êtes en train de faire et soyez attentif à ce que font les autres. Tirez des leçons de l’exemple des gens qui ont été dans cette situation et ont fait cela, et soyez un exemple pour ceux qui vont venir après vous sur le chemin du unschooling.

C’est ce à quoi, pour moi « Bien mettre en œuvre le unschooling» ressemble ☺

—Colleen Prieto

* notes de la traduction

More in French