Refuser une vie préfabriquée

De Sandra DODD - Traduit par Sylvie Martin-Rodriguez
Lien vers l'article original :http://sandradodd.com/joy

Combien de choses faites-vous parce que vous êtes supposés les faire, parce que votre entourage et vos voisins s’y attendent, parce que c’est facile et que nous n’avez pas à y penser ? Combien de ces choses vous mènent, vous et vos enfants, dans une direction positive et saine ?

« Changer de modèles » est une option ! Si vous agissez selon un plan, avec une série de règles et d’attentes, il est possible et même recommandé de changer et de voir les choses différemment. Il s’agit juste d’y réfléchir. Cela ne vous blessera pas.

L’école est-elle le centre de la vie des enfants ? Faut-il qu’elle le soit ?

Le seul but acceptable dans la vie d’un adulte est-il d’avoir la maison la plus chère et de pouvoir acheter des meubles à crédit ?

Cela ne demande pas tellement de changements de considérer la maison et l’éducation comme secondaires et non comme prioritaires. Qu’est-ce qui devrait être prioritaire alors ? La santé ? La joie ? L’unité et l’amour ?

Une partie de la vie pré-fabriquée dont les Américains sont issus comporte l’idée que le bonheur vient après l’université, après l’achat d’une maison, après une nouvelle voiture. Le bâton qui tient cette carotte ne pliera pas. Si le bonheur dépend de la performance et des acquisitions, combien de temps cela va-t-il durer ? Combien de temps votre voiture sera la plus récente, dans votre rue, avant que la tristesse ne revienne ?

Voici un petit changement de modèle à mettre en pratique. Peut-être que le bonheur ne devrait pas être le but premier. Essayez la joie. Essayez l’idée qu’il peut être agréable de cuisiner, de mettre la table, de voir votre famille, plutôt que l’idée que vous serez heureux après le dîner et après avoir tout nettoyé. Je suppose qu’un tel bonheur pourrait durer quelques secondes avant que vous ne regardiez autour de vous et que vous ne voyiez autre chose entre vous et votre bonheur. La joie, pourtant, peut être continue, et ressentie avant, pendant et après la réalisation de vos objectifs.

Le Plaisir – ce mot est difficilement utilisé. Le plaisir est presque considéré comme un péché par certaines personnes. « Vous n’êtes pas là pour avoir du plaisir, vous êtes là pour travailler ». Pourquoi le travail ne peut-il pas apporter de la joie ? Chaque petit moment peut être apprécié : la sensation de l’eau chaude qui coule lorsque vous vous lavez les mains ; la lumière et l’ombre sur le sol ; les formes dans les nuages ; toucher un vieux livre ; la présence d’un vieil ami vous inspirant une joie pure, pour laquelle il n’y a pas de mot.

Lorsque vous ressentez et expérimentez la joie, lorsque vous prenez une seconde par heure pour redécouvrir la joie, votre vie s’améliore avec le souvenir de chacune de vos nouvelles priorités. Vous n’avez besoin de personne pour vous donner la permission, ou pour décider si oui ou non ce qui vous donne de la joie est une source acceptable de plaisir.

Apprendre peut-il être agréable ? Si ça ne l’est pas, cela ne collera pas. La lessive peut-elle être agréable ? Si vous devez faire la lessive et que vous choisissez de ne pas y prendre du plaisir, une heure, ou plus, de votre précieux temps sur terre est perdue. Regarder votre enfant peut-il vous donner de la joie, même lorsqu’il a besoin d’un bain, qu’il a perdu une chaussure, qu’il n’a pas répondu à une de vos attentes, une de celles qui n’existent que dans votre esprit ? Si la réponse est non, un changement de modèle pourrait tous vous aider.

Votre vie vous appartient, et elle est vécue au moment même où vous lisez ceci. N’attendez pas d’approbation. N’attendez pas d’instructions du style : « Ouvrez maintenant le livre de votre vie et écrivez-le ». Eprouvez toute la joie que vous voulez, et aidez vos enfants, vos voisins, vos relations à en trouver aussi. La joie ne coûte rien, si ce n’est une réflexion réutilisable et consciente. Dites à vos enfants qu’elle est recyclable. Ils adoreront !!

Being Balance More in French